Les actualités de B'Plast

La Manche libre

La Manche Libre - Article B'Plast
29/11/2016
Novembre 2016

De la couleur à Internet, on ouvre les fenêtres

Tous les jours, 200 fenêtres, portes et autres baies vitrées ou vérandas sur mesure en PVC et de toutes les couleurs sortent de l'usine B'Plast de Vire. 

De quoi faire circuler dans toute la Normandie, des Marches de Bretagne aux portes de la région parisienne, une flotte de 250 véhicules aux cou­leurs de l'entreprise normande. 

Créée en janvier 1989 par quatre associés et quatre employés, B'Plast emploie aujourd'hui 415 personnes réparties dans son usine de Vire mais aussi dans 18 agences. Un véritable maillage du territoire qui permet à l'entreprise d'offrir non seulement un savoir-faire de menuisier confirmé mais aussi et surtout un service de proximité adossé à une organisation: de la vente à la pose.

Les jeunes sont formés sur les chantiers

Dominique Lair, 55 ans, un des fondateurs de la marque, aujourd'hui directeur général, insiste sur ce point: "notre force et notre différence par rapport à nos concurrents, c'est notre qualité de service. Au départ, quand nous nous sommes lancés c'était notre choix et nos couleurs. Nous étions les seuls à faire de la couleur. Aujourd'hui, nos poseurs répartis partout dans nos agences ont fait face à tous les cas de figure. Ils posent des fenêtres tous les jours. lis peuvent poser des fenêtres quel que soit le niveau de difficulté. C'est ce qui fait la différence. Nous avons une vraie expérience !". 

B'Plast offre la qualité de fabrication artisanale, avec prise de mesure et pose, associé à un pro­cessus industriel qui lui permet de produire et de distribuer. "C'est ce dont, personnellement, je suis le plus fier. Avoir monté un concept qui associe le fabricant et le poseur pour proposer un service au client", ajoute M. Lair. 

Un savoir-faire qui est souvent "maison". Les menuisiers qui arrivent chez B'Plast, souvent jeunes, sont formés sur les chantiers. La formation se fait au sein de l'entreprise selon la méthode du tutorat et souvent en alternance. "Nous fai­sons tourner des équipes de deux composées d'un poseur confirmé et son suiveur."

Quand le suiveur est confirmé, le duo se sépare et il prend sous son aile un nouveau suiveur et ainsi de suite". La qualité du travail à la normande se fait vite ressentir. "Quand nous arrivons en région parisienne, les gens savent que nous sommes sérieux", souligne Dominique Lair.

Développements possibles vers la Haute-Normandie

Aujourd'hui, un peu à l'étroit dans son usine de 7000m2, B'Plast continue toutefois d'investir et de serrer des coudes pour installer par exemple un robot à commande numérique qui range tout seul les montants des fenêtres et portes après leur découpe. Indispensable pour continuer à être compétitif et présent sur un marché qui reste très concurrentiel et qui évolue très vite. "Quand nous avons commencé, l'argument du PVC était la facilité d'entretien."

ll remplaçait le bois et ne nécessitait pas ou peu d'entretien. Petit à petit, l'esthétisme a évolué. Aujourd'hui l'argument, le point fort du PVC, c'est l'isolation thermique ou phonique", indique encore le directeur général qui évoque aussi la montée en puissance de l'aluminium "plus fin, plus discret". 

Aluminium qui n'est pas snobé par le spécialiste virois du PVC puisque B'Plast, par le biais de sa filiale Alutil qui emploie 48 personnes à Cor­melles-le-Royal, près de Caen, réalise 25% de son activité grâce à l'aluminium. 

De quoi aussi envisager des perspectives de développement vers la Haute-Normandie et la région parisienne et de mener depuis quelque temps des opérations de communication ciblées et efficaces. "Nous avons fait une campagne de vente avec la pose à 1 euro et nous nous tournons beaucoup vers la communication sur Internet". L'innovation, comme la couleur, est décidément dans les gènes de B'Plast ! 


La Manche Livre - Le 19 Novembre 2016